• post.7

     

    l'inutile est beau car il est moins réel que l'utile, qui se prolonge et se continue. en même temps qu'il reste à sa place sans chercher à être autre chose que ce qu'il est, le merveilleusement futile, le glorieusement infinitésimal vit libre et indépendant.

     

    enrique vila-matas, abrégé d'histoire de la littérature portative [p.67]

     


  • Commentaires

    1
    Vendredi 19 Mai 2006 à 19:36
    .
    c'est la farewell symphonie ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :