• post.184

     

    c’était paris / entre quatre mots / et trop tard pour rentrer / dans ses yeux bleus comme de fausses retrouvailles 
    elle s’est meurtri l’espace / entre chaque omoplate / contre la prise nue / qui débordait du mur / sa peau devenue / bleue aussi et
    sans un bruit

    le parfum des / herbes qui infusent / des fragments du voyage / tu racontais

    un rideau à tirer
    une coquille d’œuf / cassé / personne (d’autre) mais

    il est là
    (il était) et dans un souffle
    merci, au revoir
    te revoir

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :