• post.177

     

    d’où viennent les balles des revolvers ? 

    cinq heures / cinq heures déjà / les yeux rongés par l’ivresse et le sommeil / (il faut tenir) / à nos corps résistants / à nos voix qui s’épuisent dans la maison vidée / (il faut faire durer) nous tournons / à la désinvolture
    dans le fracas des écrans brisés de nos téléviseurs / le long des marécages / dans le fracas de nos rires qu’emporte la narration / et à contre raison 

     

    Le réel se déplace où rien ne se raconte
    (les minutes nous transforment en de simples images)

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :