• post.174

     

    Maintenant que je t’aime et tant que je ne t’aime pas moins il faut que je te perde pour mieux t’aimer toujours. / Tu comprends ? / Je vais m’en aller.

    (elle prend racine.)

    allonge / allonge ta peau près de la mienne / au creux de nos fossés parfois boueux / tes genoux contre les miens parfois boueux / s’entrechoquent / l’odeur du café qui brûle ne nous relèvera pas

    retourne-toi / ne parle pas / disparais maintenant / reste encore / encore seulement une nuit / elle essayera deux / c’est évident

    d’anciennes fois elle était celle qui refusait
    attendons la pluie désormais.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :