• post.160

     

    machoires_par_nymphe


    Moi je n'ai pas le temps, plus le temps, je suis dans la brûlure, entre les chairs écartées, entre-deux, entre les actes. Là où ça gonfle, dans la suture; je suis ailleurs trop souvent ailleurs, dans les chairs écartées oui, écartelée, avec les yeux ouverts. Et j'oublie, sans cesse j'oublie, j'imprime ma cage thoracique dans l'isolement, j'aimerais partir, au-dehors, quitter la ville, provoquer les écarts. Quitter les structures, mais c'est une feinte, ils disent, c'est la suffocation plutôt que l'aventure, quitter les structures, ma structure, abandonner enfin ce souffle d'air vicié qui stagne dans le fond de ma gorge. 

     


  • Commentaires

    1
    Mardi 24 Août 2010 à 12:14
    Lu
    Lu. (et il me parle)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :